Edit this page
Modify this page
Edit this string
         
Vous êtes ici: Home >Actualité >Éditorial >
De nouveau au centre de l’attention, l’opération Christ

Les significations occultes qui nous révèlent l'identité de ceux qui ont ordonné
l’action d’envergure contre MISA et Gregorian Bivolaru

par Maria Nicola

L’ajournement du verdict dans le cas du dossier de Gregorian Bivolaru à la Haute Cour de Cassation et de Justice au 12 Avril nous renvoie non seulement symboliquement mais aussi de façon terriblement concrète au début de l’opération Christ et aux événements de Mars 2004. A cette époque, l’action de la police roumaine et de la gendarmerie contre l’école de yoga MISA a été déclarée «la plus grande action de la police roumaine» et a reçu, parait-il par hasard, le nom d' «Opération Christ ».

A l'époque, les autorités ont déclaré avec sérénité que ce nom n’a aucune autre signification, qu'il s'agit seulement d'une « coïncidence » car ce nom de code a été choisi au hasard, parce que l’action était prévue pour la Semaine Sainte juste avant Pâques. Ainsi soit-il ?! Parmi d’autres significations évidentes de ce nom blasphématoire et de cette apparente synchronicité, ce qui saute aux yeux en premier lieu est le fait que les accusateurs de Gregorian Bivolaru savent pertinemment qu’il est innocent et le sacrifient dans une vengeance sinistre et moqueuse comme « bouc émissaire ».

L’aspect le plus frappant et choquant si l’on considère les événements de Mars 2004 et l’« Opération Christ », c’est que le 12 Avril de cette année, le jour même donc où devrait être prononcé le verdict, tombe le Jeudi Saint ou en d’autres termes, le jeudi avant les fêtes de Pâques. Le Jeudi Saint est le jour de la Cène. Le lendemain Jésus fut capturé, comparu dans différents tribunaux, fut torturé et maltraité avant d’être condamné à tort et d'être tué sur la croix le lendemain, alors qu’il était innocent.

Rappelons-nous ce qui s’est passé en 2004

Le 18 Mars 2004, les autorités roumaines ont lancé une opération agressive à grande échelle contre l’école de yoga MISA. Plus de trois cents gendarmes ainsi que des procureurs ont pris d’assaut seize logements privés de certains yogis, violant presque tous les règlements du Code pénal sur la manière de réaliser des perquisitions. Des tonnes de biens personnels ont été confisqués, des dizaines de personnes ont été abusivement détenues, interrogées et forcées de faire des déclarations incriminantes contre Gregorian Bivolaru.

Ce jour même a littéralement explosé dans les médias une campagne de désinformation, qui a été ensuite alimentée pendant des mois par de fausses informations fournies par les autorités, dans une campagne sans précédent d’intoxication de l’opinion publique et d’incitation contre les pratiquants de yoga de Roumanie. Le principal objectif de cette campagne de dénigrement a été le professeur de yoga Gregorian Bivolaru.

Après une première vague d’articles et de déclarations parlant par exemple de « la plus grande opération contre la prostitution et le trafic de drogues », il est devenu clair que les informations sur cette affaire ne s’appuient sur aucune preuve. En désespoir de cause, les artisans de l’attaque contre MISA ont lancé une campagne furieuse pour discréditer le leader spirituel de MISA, le professeur de yoga Gregorian Bivolaru. Les articles détracteurs à son adresse ont apparu dans presque tous les journaux dans la période de Mars-Avril 2004. Ce n’est qu’après quelques jours que le nom de code CHRIST a été rendu publique. Ce qui a suivi – le harcèlement de Gregorian Bivolaru, sa mise en détention, son renvoie d’un tribunal à un autre, l'utilisation de chaînes pour renforcer son emprisonnement ainsi qu'une garde impressionnante, tout cela ressemble terriblement à ce qui a eu lieu il y a 2000 ans dans le « procès » de Jésus.

Après ce déploiement éblouissant de forces et tout ce cirque médiatique qui a accompagné la plus grande action de la Police roumaine, une seule arrestation a finalement eu lieu – illégale, d’ailleurs –, celle de Gregorian Bivolaru le 29 Mars 2004. Entre temps, un dossier lui a été fabriqué qui comprenait diverses infractions inventées en vitesse par des procureurs afin de le garder en prison. Cependant, il a été libéré après quelques jours et a réussi ultérieurement à partir en Suède, où il a reçu l’asile politique.

Maintenant, après huit ans, le dossier rédigé à l’époque « en désespoir de cause » par les procureurs a atteint le stade final de jugement à la Haute Cour de Cassation et de Justice. Les jugements rendus en première et deuxième instances ont innocenté Gregorian Bivolaru et ont récusé les faits dont il était accusé. Par conséquent, la décision de la Haute Cour de Cassation et de Justice devrait être simple et directe, mais au lieu de cela, elle a été ajournée encore et encore et encore ... jusqu’au Jeudi Saint!

Aspects qui dénoncent les artisans de la campagne anti-MISA

Bien qu’ils aient agi de façon abjecte et insidieuse pour mettre en oeuvre l’opération Christ, ceux qui ont ordonné dans l’ombre la campagne anti-MISA ont posé leur « signature » sur elle d’une manière indubitable. Ainsi, le 18 Mars est un jour important pour la franc-maçonnerie: ce jour, cette secte satanique odieuse célèbre par des rituel de magie noire l’assassinat de Jacques de Molay et le serment de venger cette mort par la destruction de la spiritualité authentique.

S’inscrivant dans la série d’événements qui ont marqué l’histoire de notre planète et qui ont été orchestrés par les francs-maçons au fil des siècles, l’attaque du 18 mars contre l’école roumaine de yoga n’est rien d’autre qu' une vengeance maçonnique éloquente. Et voici que les choses reviennent à leur signification originale de la vengeance maçonnique, compte tenu de la portée numérique de la date du 12/04/2012. Le numéro 12 (de 12 Avril) correspond dans le Tarot à l’Arcane, « Le Pendu ». Les rituels maçonniques de vengeance ont une prédilection sinistre pour le meurtre par pendaison. En outre, par l’addition si appréciée par les francs-maçons dans leur occultisme de bazar (qui est toujours pratiqué de façon maléfique), 12.04.12 devient 1+2+0+4+2+0+1+2=12, on retrouve ainsi d’une manière très transparente le numéro 12! Cela ne nous surprend pas du tout, si nous avons en vue que Gregorian Bivolaru est considéré par la franc-maçonnerie comme l’ennemi n° 1 - peut-être est-ce la raison pourquoi il est de nouveau placé en position n° 1 des « personnes les plus dangereuses » en Roumanie! Ne s'agit-il pas à l'évidence uniquement d'une vengeance et d'un abattage rituel?

Nous continuerons à analyser ces questions éloquentes et inquiétantes. Pour votre documentation correcte, nous vous recommandons des articles publiés à ce sujet sur yogaesoteric. Bien que ces articles soient bien documentés et comprennent des informations sensationnelles, la presse ne les a aucunement mentionnés.
POURQUOI LE 18 MARS? Le déchaînement de l’action violente anti-MISA le 18 mars prouve l’implication directe de la franc-maçonnerie


yogaesoteric
2012