Edit this page
Modify this page
Edit this string
         
Vous êtes ici: Home >Santé >Périls pour votre santé >
La plupart des médicaments sont en fait des poisons dangereux

de Radu Alexandru

Devise: „Le bon médecin recommande toujours très peu de médicaments”
– Benjamin Franklin

„Si le patient savait qu'une seule capsule de Chloromycetin détruit irréparablement la moelle épinière ou provoque la leucémie, pensez-vous qu'il continuerait de prendre ce médicament ? En 1976 ont été écrites (seulement aux USA) plus de 500.000 recettes pour ce médicament”
– Dr. Keith A. Lasko

Nous vous présentons dans cet article une série de scandales qui ont impliqué au fil du temps les industries pharmaceutiques du monde entier et les dénominations de quelques médicaments qui ont tué des milliers de gens. Dans le cas d'un tel médicament nous précisons s'il est commercialisé ou non en Roumanie et éventuellement par quelle compagne et sous quel nom (si celui-ci est différent du nom original).

À cause des effets secondaires graves, une série de médicaments ont été retirés du marché de certains pays. Cependant, ils continuent à être commercialisés dans d'autres pays. La Roumanie est un bon marché pour des médicaments criminels interdits dans d'autres pays.

Les effets secondaires graves peuvent signifier la mort et des maladies sévères dues aux médicaments en question. En général, du point de vue légal, seulement la mort ou les lésions majeures de santé chez ceux qui ont utilisé un certain médicament peuvent conduire à son interdiction. De rares fois on arrive à interdire un tel médicament seulement à cause de certains symptômes considérés comme „mineurs” et cela se passe d'habitude après des décennies d'utilisation.

L'irresponsabilité, le cynisme et l'avarice de ceux qui détiennent ces firmes de l'industrie pharmaceutique sont si grands, que même dans le cas d'interdiction, les médicaments continuent à être fabriqués et vendus dans d'autres endroits sur le globe. Cela parce que l'interdiction reste valable seulement dans le pays où il existe des “victimes reconnues” et où les autorités médicales ont pris des mesures. En conséquence, les médicaments interdits en Angleterre ou Allemagne continuent à être vendus aux USA, en Afrique ou dans d'autres pays ou l'inverse. Donc l'industrie pharmaceutique continue à vendre des substances qui produisent des maladies et la mort, bien que CELA SOIT TRÈS BIEN CONNU.
L'industrie pharmaceutique est-elle intéressée pour guérir les gens, ou plutôt à gagner de plus en plus d'argent gràce à la vente de médicaments ?

Des dizaines de médicaments sont retirés annuellement du marché à cause des effets secondaires graves

Un premier exemple est le sirop contre la toux avec du Clobutinol. Celui-ci, après avoir intensément été utilisé pendant plus de 40 ans, a été interdit en 2007, étant constaté qu'il produisait une arythmie des battements du coeur. Voilà quelques-uns des noms sous lesquels il a été commercialisé : Silomat, Clobutinol, STADA, Tussed, Rofatuss, Nullatuss.
En Roumanie, le médicament Silomat à base de Clobutinol, produit par la compagne Boehringer Ingelheim a été disponible dans les pharmacies sans prescription médicale jusqu'en 2007. Ensuite il a été retiré du marché, suite à une directive de l'Agence Européenne pour l'Évaluation des Médicaments.

Les vieux médicaments, qui sont en circulation depuis des décennies n'ont été soumis à aucun test, et ils continuent à être vendus dans certains pays, bien que dans les pays où ils ont été soumis aux tests, ils ont été interdits. Jusqu'en 1978 l'industrie pharmaceutique n'était pas obligée de prouver que les médicaments ont les effets mentionnés dans les études. Depuis il est montré - d'après des tests sur les animaux, tests qui ne prouvent rien en fait - que les médicaments ont des effets sur les animaux. Plus précisément que les animaux ne meurent pas immédiatement après avoir ingurgité ces médicaments, conçus en fait pour les humains. Sauf que les tests sur les animaux n'ont aucune valeur scientifique.

Nous énumérons ci-après quelques-uns des scandales choquants liés aux médicaments :

Le spray pour l’asthme Isoproterenol, commercialisé sous le nom de Isuprel, a tué durant les années '60 environ 3500 patients. Cependant, il continue d'être commercialisé dans notre pays et il est recommandé pour différentes affections du coeur.

Il a été prouvé que le médicament Stilbestrol provoque des tumeurs utérines et mammaires chez les femmes et il a été interdit dans certains pays européens. En Roumanie il est produit et commercialisé par quatre compagnes pharmaceutiques : Amniocen, Farmacom, Imedica, Mediplus Exim.

Un scandale lié au bien connu Paracetamol a eu lieu en Angleterre en 1971. 1500 patients ont été admis à l'hôpital après avoir utilisé du Paracétamol. La plupart d'entre-eux ont eu des problèmes encore plus graves à l'hôpital à cause du traitement ultérieur.

Aux USA le médicament Orabilex a créé des maladies de reins qui ont conduit à la mort.

Le somnifère Contergan a fait en sorte que des dizaines des milliers d'enfants soient nés dégénérés du point de vue physique. En Allemagne, en 1958, le producteur de ce „médicament” a envoyé plus de 40.000 lettres chez les médecins pour les convaincre qu’il s’agissait du meilleur somnifère pour les femmes enceintes et les mères qui allaitent. Malgré le scandale lié au Contergan, les sociétés pharmaceutiques concernées ont continué à vendre des poisons aux femmes enceintes et aux enfants. En 1978 il a été rendu public que les médicaments Primodos, Amonorn, Duogynon, Bebendox et Bendectin ont produit des malformations chez les nouveaux-nés.

En 1970 ont été retirés du marché les tranquillisants Pronap et Plaxin parce qu’ils provoqueient la mort des nouveaux-nés.

Trilergan a été confisqué par la police en 1975 en Italie parce qu'il produisait de l'hépatite (donc l'hépatite ne provient pas forcément d'un virus, tel qu'il était cru jusqu'à cette époque).

Flamanil, un médicament rhumatoïde, a été retiré en 1976 du marché, après que l’on ait constaté qu'il conduisait à la perte de conscience. Ce médicament continue à être commercialisé en Espagne.

En 1979 il a été officiellement reconnu que le Valium crée une dépendance, même à des petites doses. Plus de 15% des américains adultes ont pris régulièrement du Valium.

Les inhibiteurs d'appétit Preluin et Maxiton ont été retirés du marché en Allemagne après que l’on ait constaté qu'ils provoquaient des effets négatifs graves au niveau coeur et du système nerveux.

Le médicament pour les affections du coeur Eraldin, recommandé entre 1970 et 1975 à un nombre de plus de 100.000 britanniques, a provoqué des problèmes des yeux et des intestins, aussi que des nombreux décès. Eraldin existe aussi dans les pharmacies roumaines.

Il a été constaté que l'antinévralgique Phenacitin, vendu dans le monde sous 200 noms différents, empêche le bon fonctionnement des reins, en les détruisant même complètement, qu’il produit des tumeurs aux reins et qu’il détruit les globules rouges du sang. Un autre antinévralgique, Amydorphirin a été interdit en plus de 160 pays (mais il continue d'être vendu dans certains) parce qu'il empêche la formation des globules blancs du sang, ce qui conduit à la mort. Les antinévralgiques et les antirhumatismiques Tanderil et Butazoludin (Ciba-Geigy) ont conduit dans le monde entier à la mort de plus de 10.000 patients.

Un des pus populaires médicaments de Roumanie, l'algocalmine, est un des remèdes les plus toxuiques qui se trouvent sur le marché. L'algocalmine est interdit dans la plupart des pays et il est drastiquement restreint dans le reste des États. Les médecins disent que ce médicament peut provoquer une maladie fatale, qui détruit les cellules de la moelle osseuse, se trouvant en étroite liaison avec les cellules sanguines.
Par cause de la désinformation ambiante, les roumains profitent du prix accessible de ce médicament, en l'achetant à large échelle, même si dans d'autres pays comme la Belgique, il est sur la liste des poisons.

En 1978 le médicament complètement inutile Oxichinolin, recommandé pour les problèmes digestifs, a provoqué un scandale mondial : plus de 30.000 personnes ont été rendues aveugles ou ont subi des paralysies des jambes suite à son utilisation. Ce médicament a provoqué aussi de nombreux décès (plus de 1000 seulement au Japon).

En 1977 a été retiré du marché le Phenformin, un médicament pour les diabétiques, après avoir fait plus de 1000 victimes chaque année!

Le Rasperpin, médicament contre l’hypertension, fait augmenter trois fois le risque de cancer du sein, il provoque des cauchemars et des dépressions et il est soupçonné de produire des tumeurs au cerveau, à l'hypophyse, à la peau, aux ovaires et à l’utérus.

Le New York Post a écrit que plus de 852 patients auxquels on a été injecté le médicament pour le coeur Epinepheren sont décédés.

Le Daily Telegraph a rendu public en 1983 que l'anesthésique Hypnomidate a conduit dans un hôpital d'urgence de Glasgow à la croissance rapide des décès. Mais les médecins ont refusé de rendre public le nombre des décédés suite à l'application de ce traitement. En Roumanie, il continue d'être utilisé dans des hôpitaux, comme anesthésique administré comme solution injectable.

En 1983 ont été rendus publics en Suède des dossiers secrets de la firme Ciba-Geigy d'où il ressortait que le consortium Ciba-Geigy était informé de la mort de plus de 1182 personnes à cause de l'antirhumatismal Butazolidin et Tanderil. Selon d'autres sources, les vrais chiffres des décès à cause de ces médicaments sont de plus de 10.000. Dans notre pays (la Roumanie), le Tanderil continue à être commercialisé comme médicament antirhumatismal.

Le New York Times a écrit en 1984 que le médicament Selacryn 1980 a été retiré du marché après avoir été reconnus comme cause de 510 cas de destruction du foie et des décès.

Selon le journal Guardian du 4 janvier 1985, le médicament contre les infections provoquées par des champignons, Nizoral, a conduit à plus de 5 décès et à 77 cas de maladie graves.

En mars 1985 le journal Neue Presse, a rapporté que le Fansidar, médicament contre la malaire, a conduit à des maladies graves de la peau, avec danger de mort. En Roumanie, le médicament est recommandé par les médecins parasitologues pour traiter la toxoplasmose. Il continue à être commercialisé dans certaines pharmacies.

En juillet 1985, le journal Guardian écrit que les somnifères Largactil ont été retirés du marché parce qu'ils ont conduit à des dysfonctions graves du cerveau. La substance connue aussi sous le nom de largactile ou torasine est un neuroleptique d’ancienne génération, utilisé encore dans certains hôpitaux psychiatriques. Il a des effets désastreux sur l'organisme. Le chiffre des victimes se monte à un million de gens qui sont tombés malades de dyschinésie, de déréglages de l'appareil locomoteur après lesquels ils ont perdu pour toujours la capacité de contrôler les muscles de la langue ou leur corps tout entier.

En décembre 1985, le consortium Ciba-Geigy a été mis dans la situation de reconnaître publiquement qu'il a falsifié les données de 46 antibiotiques et d'autres médicaments lorsque le Ministère de la Santé les a sollicités.

En mai 1985, les autorités des USA et de la Grande Bretagne ont interdit la recommandation des hormones de croissance, parce que les patients qui les utilisent tombent malades d'infections incurables, même plusieurs années plus tard. Les hormones en question ont été obtenues du cerveau des morts !

En décembre 1985 le Guardian a rapporté que les antidépresseurs Merital et Nomifensin produisent l'arrêt de fonctionnement des reins, de l'anémie et de la pneumonie. Le Nomifensin est recommandé en Roumanie pour les consommateurs de drogues. Toujours en décembre 1985 le même journal a rapporté que plus de 2000 personnes sont tombées malades à cause du médicament Felden administré par voie rectale. Ce médicament se trouve à présent dans les pharmacies roumaines. 77 patients sont morts, presque tous parce que les intestins se sont rompus ou ont commencé à saigner. Le consortium Pfitzer (le producteur du Viagra) a déclaré comme auparavant, que ce médicament est „bien toléré” par les patients.

Le vaccin HEXAVAC utilisé depuis l’an 2000, avec lequel ont été vaccinés déjà 1,5 millions d'enfants en Allemagne a été retiré du marché en 2005 parce que „il ne fonctionne pas tel qu'attendu et il n'offre pas de protection”. C'est la déclaration officielle, il se peut qu'il produise des maladies ou la mort évidente. Les morts et ceux qui sont restés malades pour toute leur vie à cause des vaccins n'apparaissent pas trop dans la presse. Ce vaccin a aussi été utilisé en Roumanie, mais à présent il est retiré du marché.

Le vaccin contre les maladies crées par les tiques, TicoVac, le seul vaccin de ce genre pour les enfants, a été retité du marché en 2006 parce qu'il provoquait une puissante fièvre et des effets secondaires massifs.

Le médicament Vioxx de la Firme Merck pour traiter l'arthrose et les douleurs aux articulations, utilisé par plus de 120.000 patients en Allemagne a été retiré du marché en octobre 2004 parce qu'il produisait des attaques et des maladies de coeur. Bien que la firme que le produisait connaissait depuis longtemps les effets négatifs provoqués par ce médicament, il n'a été retiré du marché qu'en 2004, sous la pression des autorités. Ce médicament a aussi été retiré du marché roumain.

L'antiinflammatoire Prexige de la compagne Novartis contre l'arthrite a été retiré du marché en août 2007 parce que plusieurs patients sont morts après l'avoir pris. Le médicament Bextra pour soigner l'arthrite, et produit par la firme Pfizer, a été retiré du marché en 2005 à cause du risque majeur d'attaques et de congestion cérébrale. Ces médicaments n'ont pas d'autorisation de vente en Roumanie.

Il a été constaté que les barbituriques ne calment pas l'insomnie, mais l'aggravent.

Le Zelmac, médicament utilisé contre les affections digestives, qui est vendu en Roumanie à l'heure actuelle, produit par la compagne Novartis, a été retiré du marché en Allemagne en avril 2007, bien qu'il ne soit même pas encore approuvé, et étant utilisé de façon illégale par les médecins dans le but de le tester pour l'industrie pharmaceutique.

Un très grand scandale avec beaucoup de victimes :le Lipobay, un médicament qui diminue le cholestérol, il a été retiré du marché en 2001. Il avait provoqué des centaines de décès. La firme Bayer, qui l'a produit a été convoquée en justice plus de 1000 fois à cause de ce médicament.

Le Thyreotom forte, un médicament pour remplacer l'apport d'hormones thyroïdiennes chez les patients souffrant d'hypothyroïdie a été retiré du marché en Allemagne en 2005. En Roumanie il continue à être recommandé par les médecins et il se trouve en pharmacie.

Le Ketotifen, un médicament pour le traitement de longue durée de l'asthme bronchique allergique ou avec composante allergique et des troubles asthmatiques a été retiré du marché en 2006 marché en Allemagne, à cause des effets secondaires. En Roumanie il se trouve en pharmacie.

Le Terfenadin, un antiallergique, il a été retiré du marché dans plusieurs pays européens. En Roumanie il se trouve encore sous le nom d’Histadin, un sirop utilisé dans le traitement des symptômes de plusieurs affections allergiquse et dans la prévention et le traitement des réactions allergiques à la transfusion de sang.

Le Tenuate Retat – un médicament qui diminue l'appétit, a été retiré du marché en Allemagne en 2000.

Le Merzol, médicament contre l'allergie solaire, il a été retiré du marché en 2005 à cause d’effets secondaires graves.

La FDA (Food and Drugs Administration – USA) a recommandé en 2000 à la firme Glaxo-Welcome de retirer du marché le médicament Lotronex pour les intestins, à cause du décès de quelques patients qui ont utilisé ce médicament.

L’ Exanta, à base de Ximelatragan et approuvé en 2004 contre les thromboses, a été retiré du marché en février 2006 en Allemagne à cause des graves effets négatifs sur le foie. Ce médicament n'a pas été commercialisé dans notre pays.

Le Trovan, un antibiotique, a provoqué des décès et de graves lésions, à un point qu'il a été retiré du marché à peine moins d’un an après sa mise sur le marché. Bien que les tests réalisés avant d'être approuvé aient montré que le Trovan nuisait au foie, la firme Pfizer ne l'a pas considéré comme dangereux. Le commentaire de la firme : „Le Trovan a été le médicament le mieux testé du marché, bien mieux que la pénicilline, par exemple”.
Lié au même médicament, les autorités nigériennes ont accusé au tribunal la firme Pfizer et accusent la compagne pharmaceutique d'implication dans la mort de quelques enfants auxquels a été administré du Trovan, dans la période où cet médicament n'était pas encore approuvé, pendant une épidémie de méningite.

Le Parkinsan, médicament contre la maladie Parkinson, de la Firme Byk Gulden, vendu à plus de 130.000 exemplaires par an, crée de grands déréglages du rythme cardiaque, qui mettent en danger la vie des patients qui l'utilisent. Des recherches sont réalisées pour décider s'il va être interdit ou pas. La firme s'excuse en disant : „Son fonctionnement et sa garantie ont été prouvés par des études”.

De l’Urethan les médecins disent qu'il guérit la leucémie. Mais il a été constaté qu'il provoque le cancer au foie, aux poumons et à la moelle osseuse.

Le Methotrexat, médicament recommandé aussi contre la leucémie, a produit des tumeurs et a conduit à une grave anémie et à la rupture des intestins. En Roumanie il est commercialisé et recommandé pour réduire les douleurs et les douleurs articulaires.

Le Mitothan, un autre médicament contre la leucémie, mène à la mort des reins secondaires. Dans notre pays il se trouve sous le nom de Lysodren et il est utilisé dans le traitement du cancer de la couche extérieure de la glande surrénale. Il est produit dans les laboratoires Hra Pharma, en France.

L'antibiotique Isoniazid mène à la mort du foie. Il est commercialisé en Roumanie.

L'antibiotique Kanamyzin produit une insuffisance rénale et attaque les nerfs de l'audition.

Le Bismut, médicament recommandé contre la diarrhée et même contre la constipation (sic!) produit des intoxications graves. En France ont été rendus public plusieurs milliers de cas de ce genre.

En 1984, le journal le Daily-Mail a rapporté que le médicament contre l'acné, Roacutan, médicament recommandé à présent aussi, a conduit, pour la moitié des enfants des mères qui l'ont utilisé durant leur grossesse, à des malformations très graves. Le Roacutan continue à être recommandé par les médecins roumains.


Bibliographie:
Hans Ruesch: Die Pharma Story, München 2002, www.wissenschaf%20t-unzensiert.de/med12_2.htm




yogaesoteric
2009