Edit this page
Modify this page
Edit this string
         
BRAHMACHARYA – la rivière qui escalade la montagne


On dit que l’homme sanctifie l’endroit. De même, l’amour sanctifie la continence 

de Monica Dascălu


La quatrième des cinq règles de YAMA et NYAMA du code éthique yogi est nommé BRAHMACHARYA et fait référence premièrement au contrôle de l’énergie érotique et du potentiel sexuel. Mais BRAHMACHARYA est plus qu’une technique de contrôle de l’art oriental de l’amour. C’est un mode de vivre qui utilise l’énergie fondamentale de la sexualité dans un sens ascendant, pour le développement personnel et pour l’évolution spirituelle.

Pourquoi est-il nécessaire de réaliser le contrôle de l’énergie sexuelle pour l’approfondissement du système de yoga ? Toute voie spirituelle authentique, implicitement les grandes religions planétaires, accordent une grande importance au plan sexuel de l’individu. Certaines d’entre-elles choisissent de le déclarer comme une zone interdite et imposent l’abstinence sexuelle. D’autres conseillent son exploration lucide, le contrôle et l’utilisation des ressources gigantesques que ce territoire cache. Une chose est sûre. Grâce à l’énergie gigantesque comprise et aux échos subconscients qu’il produit, le niveau du potentiel sexuel ne peut pas être ignoré par celui qui désire la perfection spirituelle.

Des études scientifiques de dernière heure confirment d’anciens enseignements tantriques et taoïstes : le sperme est le bien le plus précieux de l’homme. Une seule goutte de liquide séminal représente l’équivalent de 40 gouttes de sang. Qu’est-ce alors que l’acte amoureux avec éjaculation – dans le cas d’un homme – et avec décharge spécifique, dans le cas de la femme ? Une hémorragie énergétique violente, une dissipation qui mène au fil du temps à l’épuisement. Une seule décharge sexuelle aura des répercussions sur tout le système énergétique général de l’homme pour un intervalle de sept jours. S’il a l’habitude de pratiquer différents exercices de YOGA (postures corporelles, techniques de PRANAYAMA etc.) chaque éjaculation produira dans son aura des fissures par lesquelles se dissiperont sans raison les réserves d’énergie accumulées suite à sa pratique spirituelle.

D’autre part, la décharge sexuelle fait tomber les énergies psychiques, affectives et spirituelles de l’homme. Du point de vue subtil seront déclenchées des résonances basses qui avec le temps deviendront des habitudes et s’imprègneront dans l’aura de l’être humain, lui bloquant l’accès aux niveaux supérieurs de son devenir.

Allez au monastère ?

La psychologie moderne a révélé une vérité incommode : la plupart des problèmes qui empoisonnent la vie de l’homme ont leur racine dans la couche profonde de la sexualité. Préjugés, frustrations, stress, dysharmonies, tics, inhibitions, complexes d’infériorité, violence, presque tout ce qui donne à l’individu le sentiment de malheur et le transforme en source de malheur pour les autres aussi.

Le monde contemporain vit sous le bombardement continu de la pornographie. Seulement l’année dernière, par exemple, et seulement aux USA, l’industrie du X a rapporté plus de 8 milliards de dollars de bénéfices. Que se passe-t-il avec l’amour ? La société actuelle se comporte avec lui comme avec Cendrillon. Les excès, les confusions et les comportements sexuels déviants sont d’ailleurs des causes majeures de la déchéance morale et spirituelle de la planète. La perversion, la vulgarité, l’obscénité et, le plus fréquemment, le sexe „sportif” ou intéressé, sans amour, déshumanisé. Au pôle opposé se trouvent la pudibonderie et le puritanisme. Ils donnent naissance aux inhibitions et aux frustrations qui mutilent affectivement. Qu’est ce qu’il faut faire ? Devenir des moines ?

À cause du potentiel explosif de ce sujet, il ne faut pas être surpris par le fait que certaines écoles spirituelles recommandent l’abstinence sexuelle. Ce qui, malheureusement, ne résoud pas le problème ! Au contraire, souvent, cecio le complique.

Le YOGA n’impose pas la renonciation sexuelle – les livres de popularisation de l’Occident ont fait circuler une idée erronée sur ce point. En fait, le BRAHMACHARYA du code de vie du yogi offre deux options : l’abstinence active et la continence sexuelle.

Le pratiquant qui choisit l’abstinence active n‘est pas condamné au célibat. La simple abstinence, la répression, ne suffit pas, de la perspective yogie, pour la réalisation de BRAHMACHARYA et peut avoir même des conséquences physiologiques et psychiques négatives. Ce qui compte dans ce cas c’est l’intention. Un individu peut respecter le serment intérieur de chasteté. Mais s’il ne réussit pas à l’aide des exercices de YOGA à transmuter le potentiel sexuel en énergie et à sublimer cette énergie vers les étages supérieurs de son être, s’il pense de façon vulgaire ou s’il est obsédé par des voluptés charnelles, il présente la preuve vivante que „la plus difficile opération chirurgicale est d’enlever le sexe de la tête de quelqu’un”, en fait il ne pratique pas l’abstinence active. Pour vraiment parler d’abstinence, l’homme ne doit plus avoir de pollution nocturne, et la femme doit atteindre le niveau de la suspension du cycle menstruel. Sans la réalisation avec persévérance de certaines techniques puissantes de sublimation des énergies, tout cela n’est pas réalisable.

L’orgasme perpetuum mobile

La deuxième option, la continence amoureuse, implique l’exercice sage de la fonction sexuelle: sans décharge, premièrement, et sans aucune résonances inférieures (obscénité, inhibitions, préjugés ou perversités). Au niveau physiologique concret, la continence sexuelle implique obligatoirement la suspension de l’éjaculation, dans le cas de l’homme, et de la décharge spécifique, dans le cas de la femme. Pendant la fusion amoureuse parfaitement contrôlée, la matière (la sperme dans le cas de l’homme, le sang menstruel, en général, et d’autres fluides spécifiques à la décharge sexuelle féminine) se transforment en énergie. Ce phénomène est nommé transmutation. Un processus spécial, plus puissant que tout ce que tu as jamais connu en ce qui concerne les états érotiques!

Il est bien de savoir que pendant les moments amoureux très agréables et pendant les états d’orgasme, peuvent apparaître chez les femmes des fluides profondément bénéfiques. Ils ne doivent pas être confondus avec les fluides provoqués par la décharge sexuelle, car ils sont le signe d’une sensualité particulière et des états très intenses. L’état que la femme vit après l’apparition de ces fluides sexuels nous aide à les différencier des fluides spécifiques à l’orgasme avec décharge. C’est simple. Toute de suite après l’orgasme avec décharge sexuelle, la femme est épuisée, fatiguée, somnolente, elle veut s’arrêter pour se reposer. Au contraire, après un orgasme sans décharge elle est profondément revigorée, heureuse, elle déborde d’énergie et désire continuer à faire l’amour.

L’étape suivante après la transmutation est la sublimation, sans laquelle on ne peut même pas parler de continence sexuelle et encore moins de la sacralisation de l’éros. La sublimation s’opère avec l’énergie résultée suite à la transmutation et utilise ce combustible non conventionnel pour éveiller les sept CHAKRAS, les centres subtils de force de l’être humain.

C’est tentant n’est-ce pas ? Une quantité gigantesque d’énergie entre spontanément dans un réservoir, et tu apprends comment la diriger et la redistribuer vers d’autres zones. C’est comme une énergie qu’on raccorde à un système d’éclairage qui commence à fonctionner avec intensité du premier étage jusqu’au septième. Et cela rend possible une activité très efficace et une productivité maximale de tous tes „départements” intérieurs: vitalité, sexualité, volonté, affectivité, intuition, dynamisme mental, liaison intime avec la divinité.

Tu as du combustible pour le voyage vers l’extase

L’énergie sexuelle et l’énergie créatrice de l’homme sont en fait une seule et même chose. Concrètement, la sexualité contribue à la création d’une nouvelle vie. C’est une croyance répandue non seulement parmi les yogis, mais aussi parmi les adeptes des autres voies spirituelles, que l’énergie qu’on dissipe par éjaculation dans un acte sexuel commun pourrait être utilisée dans d’autres buts. Même les entraîneurs des grandes équipes de sport savent ce dont est-il question, car ils interdisent aux sportifs (qui ne connaissent pas la continence) de faire l’amour une semaine avant une compétition sportive importante. Dans le cas des voies spirituelles l’énergie sexuelle n’est pas sauvée pour gagner un titre olympique, mais parce qu’elle peut nous conduire à la transformation spirituelle, à l’union avec le Divin.

La tradition tantrique avertit qu’apprendre le contrôle physiologique est seulement le premier pas d’un voyage de 1 000 km. BRAHMACHARYA apporte une vision spirituelle sur la sexualité, qui fait le saut du plaisir charnel à l’amour, à la transfiguration et la sublimation. L’éros devient une fontaine d’eau vive, qui alimente le voyage vers l’Absolu avec du pouvoir, de la joie, de l’extase.

En utilisant l’énergie sexuelle comme un levier qui propulse vers les hauteurs notre vie intérieure, nous réussissons graduellement à prendre le contrôle sur nos tendances abyssales, instinctuelles. Toutes les ressources latentes s’unifient, se réunissent dans un courant unique impétueux qui commence à secalader la montagne intérieure.

Cette voie, c’est en fait leBRAHMACHARYA du yoga : l’orientation de tout notre être vers la spiritualité, vers le Divin. Ennoblie par la continence et par l’amour, la sexualité s’alchimise et devient un moyen d’élévation spirituelle.

Pour que BRAHMACHARYA déclenche ses pouvoirs magiques dans notre vie nous devons respecter une règle d’or : faire l’amour (avec continence sexuelle) seulement lorsque nous aimons et que nous sommes aimés. Sinon nous tombons dans le piège d’un compromis dangereux et il ne peut plus être question de la dimension spirituelle de l’amour. Même si nous sommes très amoureux, mais que nous avons l’intuition que l’être aimé ne nous aime pas de son côté, il ne faut pas réaliser de fusion érotique. La même chose est valable pour la situation où nous sommes aimés, mais que notre cœur ne vibre pas pour celui qui nous comble avec de l’affection.

Celui qui contrôle l’énergie érotique, mais qui ne réussit pas à aimer en profondeur et qui confond le désir sexuel avec l’amour, manque toute chance de progresser spirituellement. Pourquoi ?

On dit que l’homme sacralise l’endroit. De même, l’amour sacralise la continence. Car sans amour, le contrôle de l’énergie sexuelle reste une performance mécanique qui rend impossible l’éveil de l’âme. Malgré une conception largement répandue, l’amour n’est pas un phénomène spontané, qui apparaît et qui disparaît au hasard. L’amour est un art qui peut être appris. Pour cela il est merveilleux que ton âme apprenne la maîtrise d’aimer. Comment ? En aimant purement et simplement et surtout en aimant de plus en plus. Sans peur, sans négociation, sans compter qui aime plus et qui fait plus de choses pour le couple.

Si tu veux vérifier, essaies de tester

L’approfondissement de BRAHMACHARYA demande beaucoup de gravité, de don de soi, de persévérance et d’effort. Car il ne s’agit pas seulement d’une relation de couple harmonieuse ou de l’expérience érotique proprement dite, mais de sa mise en valeur et de sa sacralisation, d’une permanente recherche intérieure, d’un effort d’autoconnaissance et de dépassement intérieur. Il s’agit de l’orientation de tout notre être dans un sens ascendant, pour révéler notre Soi Suprême (ATMAN) et pour atteindre l’état de divinité. Bien sûr, cet article n’offre que quelques repères qui motivent la transformation de BRAHMACHARYA en un mode de vie. Seule l’expérience personnelle peut apporter des certitudes et peut confirmer la valeur spirituelle d’exception de BRAHMACHARYA.

Pourtant quelle est la liaison entre les états spirituels du sommet et le contrôle de l’énergie sexuelle pendant une fusion amoureuse accompagnée de transfiguration et de sublimation ?

Il est très simple de se convaincre. Si on est un pratiquant persévérant de la continence sexuelle et si on réalise une méditation yogie immédiatement après une fusion amoureuse frénétique et intense avec l’être aimé, on a accès à des états spirituels très raffinés et profonds. Spécialement les femmes extrêmement vitales et sensuelles peuvent atteindre des états spontanés de SAMADHI, d’extase (grâce à leur réceptivité native envers les aspects sublimes, élevés de la manifestation), mais l’homme aussi, grâce à l’empathie, a la chance d’assimiler à travers son aimée cette capacité exceptionnelle.

Les femmes semblent avoir des avantages du point de vue de la continence sexuelle. Elles apprennent très facilement le contrôle effectif de la décharge qui pourrait apparaître pendant la fusion amoureuse. Ce que les femmes ne doivent pas oublier c’est que dans leur cas la continence sexuelle parfaite implique aussi la sublimation complète du cycle menstruel.

Privilégiées aussi en ce qui concerne les états amoureux, les femmes doivent cultiver également la lucidité, la persévérance dans l’utilisation spirituelle de ces états et la capacité à les mémoriser.

Cultive ton amour

As-tu choisi la continence sexuelle ? Cela veut dire que tu as décidé de perfectionner BRAHMACHARYA. Pour cette raison: Accordes à Dieu la première place dans ta vie, la place suivante réserves-la à l’amour. Non pas à quelqu’un de particulier (l’amoureux ou l’amoureuse), mais purement et simplement à l’amour.

Lorsque dans ton couple les sentiments sont réciproques, offres-toi sans réserves et aimes sans mesure.

Approfondis la relation de couple. Beaucoup de gisements se trouvent en profondeur, donc aies de la patience. N’accepte pas la banalité, la routine, l’ennui. L’harmonie sur le plan érotique est, à côté de la transfiguration, la baguette magique qui maintient la relation toujours fraîche.

Cultive l’amour. Il est faux de penser que cet état vient de quelque part depuis les cieux, quelque chose qui nous arrive et qui ne dépend pas de nous. Lorsque tes sentiments diminuent en intensité, il y a peut être aussi une goutte de superficialité…

Considère l’acte érotique comme un mode d’expression de ton amour (mais pas le seul !). Un poème que ton corps et ton cœur récitent ensemble. Lorsqu’on met l’amour au premier plan, les états érotiques exceptionnels le suivront avec fidélité. Si tu chasses les états, ils apparaîtront plus difficilement, justement parce que tu es seulement préoccupé par le plaisir.

Promets maintenant de ne plus jamais faire du "sexe". Ta respiration s’est coupée ? Calme-toi. À la place du sexe, tu vas faire l’amour avec continence et transfiguration autant que tu le souhaites.

Propose-toi aussi, de ne plus jamais avoir de „partenaire” et de regarder l’autre seulement comme un(e) „bien-aimé(e)”.

Amplifie en permanence ta vitalité sexuelle et ton état de sensualité (pour les femmes) ou de virilité (pour les hommes). Sans le fondement de la vitalité sexuelle on ne peut pas réaliser grand chose en BRAHMACHARYA.

Consacre les fruits de ta fusion amoureuse à Dieu ou à un certain aspect divin (une Grande Puissance Cosmique, une hypostase de SHIVA etc.).

Tu peux aussi te rapporter à l’une des dix Grande Puissances Cosmiques (pour la transfiguration de la femme) ou à SHIVA (éventuellement une de ses hypostases, pour la transfiguration de l’homme). Explore ces variantes de transfiguration, avec persévérance et curiosité, car elles sont des façons inédites et très plaisantes pour amplifier justement la communion avec les Grandes Puissances Cosmiques et avec SHIVA. Tu remarqueras des grandes différences en ce qui concerne les états qui apparaissent, spécifiques à l’aspect divin auquel tu as consacré les fruits de l’acte érotique, et même des transformations corporelles étonnantes.

La transfiguration aide aussi à maintenir un état de polarité permanent dans le couple, sans permettre que l’attraction réciproque, affective et érotique, diminue en intensité avec le temps.

Adore la divinité qui existe dans l’autre

Fais attention ! Les états amoureux peuvent être oubliés. Cherche à les mémoriser en les partageant avec l’être aimé. Apprenez à communiquer entre vous, pour approfondir l’état d’intimité érotique et psychique. Cet état d’intimité, de communication ouverte aide beaucoup lorsque vous souhaitez des expériences ou des états plus profonds.

Amplifie les états par leur évocation à l’unisson avec l’être aimé. Surtout en ce qui concerne les états exceptionnels, proposez-vous de les „fixer” par évocation quotidienne, pendant au minimum 7 minutes (de préférence à la même heure, sept jours d’affilée). S’il s’agit des états extraordinaires que vous voulez vivre le plus souvent, réalisez cet exercice de l’évocation pendant 49 jours d’affilée.

Cultive la spontanéité et l’esprit ludique dans toutes tes actions et surtout pendant la fusion érotique, qui, non pas par hasard, est dénommée „jeu amoureux”. Même si tu apprends certaines techniques érotiques dans les livres et que tu souhaites les pratiquer en leur accordant de l’importance, tu peux très bien le faire dans un esprit de jeu. Et si on parle des lectures, cela vaut la peine d’étudier quelques livres de référence sur la sexualité et sur l’art de l’amour.

Pendant les fusions érotiques avec continence, oriente sans arrêt l’énergie vers le haut, vers les centres supérieurs de force. Cette habitude bénéfique éveille l’aspiration spirituelle et permet qu’au fil du temps tu réalises la vraie BRAHMACHARYA, la focalisation totale de ton être sur l’essence divine, ATMAN, ou même plus, sur Dieu le Père.

Accordes-toi la patience nécessaire pour apprendre la continence sexuelle. Cela vaut la peine ! Envisage avec l’être aimé d’atteindre graduellement l’état d’harmonie réciproque, grâce auquel pour pouvez savourer simultanément l’orgasme sans décharge d’énergie érotique. Cette expérience vécue à l’unisson est la clef essentielle des réalisations spirituelles de haute volée.

Lors de l’exploration en couple de l’orgasme lucide, l’orgasme avec la suspension de la décharge, orientez votre énergie et arrêtez instantanément tout mouvement des corps. Délectez-vous de cet état, comme si vous réaliserez une méditation en couple. Vous allez voir que, même en restant immobiles, l’état prend des nuances et parfois devient plus intense. Pendant ces moments, chacun peut se rapporter au Soi Suprême Divin (ATMAN) de l’autre.

Réalisez toujours après la fusion amoureuse quelques exercices yogis de sublimation de l’énergie. Quelques exercices de HATHA YOGA seront très bienvenus pour la sublimation, ou alors une méditation qui vous aidera à cristalliser intérieurement les états que vous avez vécus et à orienter dans un sens ascendant l’énergie colossale apparue suite à la fusion amoureuse avec continence. Dans ce cas, le plus adéquat est de réaliser une méditation de communion avec la Grande Puissance Cosmique ou l’hypostase de SHIVA à laquelle vous vous êtes rapportés au moment de la transfiguration.

Elle te guide au-delà des limites

Jouis pleinement de „l’effet d’avalanche” après la fusion érotique avec l’être aimé. Après le répit que vous vous accordez pour le postlude il est bien de vous séparer pour quelques heures et de garder une certaine distance sur le plan physique. L’effet de polarisation réciproque sera alors très intense et pendant cet intervalle vous pouvez réaliser l’évocation des états vécus à l’unisson.

Offres-toi du temps: pour faire l’amour, pour être ensemble avec l’être aimé, pour communiquer, pour méditer sur les états amoureux, pour faire de la lecture à ce sujet, pour approfondir BRAHMACHARYA. Sois parmi ceux qui sont vraiment persévérants et créatifs et qui prouvent par leur vie la dimension spirituelle exceptionnelle de l’éros. BRAHMACHARYA est complexe et, d’un certain point de vue, elle représente l’essence du système de yoga, parce qu’elle guide ton énergie vers quelque chose au-delà des limites de ta personnalité. Tenir les rennes de l’énergie ne se réfère pas seulement au contrôle de l’énergie sexuelle. Au sens large, BRAHMACHARYA concerne la modération et l’autocontrôle: du mental, de la parole, des émotions, des attitudes. BRAHMACHARYA peut nous libérer de la tyrannie du plaisir, car elle nous fait comprendre que le monde des sens est illusoire.

Pour nombre d’entre nous, BRAHMACHARYA est peut être la plus personnelle, la plus intime des règles du code éthique et moral yogi. Le mode et le niveau auquel nous choisissons de pratiquer BRAHMACHARYA reflètent la qualité de notre vie spirituelle et la place que nous accordons à notre relation avec Dieu.

„Commandements” de la sexualité tantrique :

- le contrôle de l’énergie érotique (continence sexuelle);
- la fusion amoureuse intime, seulement lorsque l’amour est réciproque;
- la transfiguration de l’être aimé et du jeu amoureux.

Les ingrédients d’un acte érotique divin:

- l’amour, qui nous permet toujours de dépasser les limites de l’ego;
- la polarisation entre les deux amoureux, l’état d’unité des aspects masculin et féminin, la complétude qui nous permet d’avoir l’intuition de l’état d’androgyne glorieux;
- la focalisation facile, spontanée du mental (surtout sur l’être aimé et sur les états amoureux);
- une énergie extraordinairement grande, qui résulte dela transmutation du potentiel sexuel.

Article tiré de la Revue YOGA MAGAZIN n° 50

yogaesoteric
2008