Edit this page
Modify this page
Edit this string
         
Projets MK-Ultra, Monarch : Les Dessous du contrôle mental (1)


Le contrôle mental est depuis fort longtemps expérimenté, peaufiné et utilisé. En étudiant les racines de ce projet et ses applications actuelles supposées, la science-fiction est plus que jamais d’actualité. Deux concepts de contrôle mental sont exposés : le conditionnement des masses, quotidien, par le biais de l’« éducation », des religions et de la télévision, et le contrôle mental particulier, longuement abordé. Les sources sont diverses : la littérature disponible, des témoignages et des dossiers officiels. Amplement raillé en Europe, c’est aux États-Unis, Mecque du contrôle mental, un secret de polichinelle.

 

MK-Ultra ou Monarch Mind Kontrol : Programme spécial de contrôle de l’esprit développé par la CIA

Origines – Les techniques de contrôle de l’esprit remontent au moins à l’Égypte ancienne. Des méthodes ritualistes sont employées pour provoquer un traumatisme par la torture, l’hypnotisme et l’utilisation de drogues, afin d’engager la rupture de l’esprit et d’en changer la personnalité, en superposant plusieurs personnalités. Les plans pour créer une société de travailleurs sous contrôle ont été mis en place depuis longtemps.

La technologie actuelle est née des expériences des nazis dans les camps de concentration sur un nombre illimité d’enfants et d’adultes qui étaient disponibles pour l’expérimentation. Nous avons entendu parler de l’inhumain des expériences médicales effectuées sur les prisonniers de camp de concentration, mais aucun mot n’a jamais été mentionné par les médias sur les expériences sur l’HYPNOSE et le contrôle de l’esprit.

Qui en parle ? On doit à l’auteur américain pasteur Fritz Springmeier les meilleures études sur le Contrôle mental. Cet homme au grand courage ne devant « seulement des comptes à Dieu », sortit de 7 ans de prison en 2012 (« accusé » de préparer un hold-up dans l’Oregon) explique que le Contrôle mental vise à créer à l’insu du sujet une programmation qui au moment opportun se mettra en état de marche grâce à une couleur, un mot ou une musique servant d’élément déclencheur. Fritz Springmeier explique aussi que la programmation permettant le Contrôle mental s’effectue par des séances de tortures menées avec des électrochocs et des sévices sexuels, afin que l’inconscient soit pénétré au plus profond.

Une multitude de témoignages (conférences, livres), sont présentés plus loin par des rescapés. A noter : beaucoup de liens fournis par la principale lanceuse d’alerte francophone, Jeanne Burgermister, renvoyaient vers le site PEDOPOLIS, très complet en matière de contrôle mental, pédocriminalité de réseau et « snuff movies », mais le site a été piraté en 2013.

Pour commencer, quelques documents vidéo :

L’Etat d’Esprit – State of Mind VOSTFR – Alex Jones Infowars

Ce documentaire fait un rapide briefing de ce que vous pourrez aborder plus longuement dans la suite de cet article : histoire du contrôle mental, jusqu’à son actuelle utilisation. Alex Jones, le réalisateur, est l’auteur de nombreux documentaires incontournables sur le glissement vers l’état policier totalitaire que sont devenus les États-Unis.

Origines du contrôle mental

Les premiers travaux de recherche en sciences du comportement ont été créés en Angleterre en 1882, alors que les premiers travaux médicaux et psychiatriques techniques sur le contrôle de l’esprit ont été mis au point à l’Institut kaiser Wilhem en Allemagne. Le Tavistock Institute of Human Relations a été créée à Londres en 1921 pour étudier le « point de rupture » de l’homme. Kurt Lewin, un psychologue allemand, est devenu le directeur de l’Institut Tavistock en 1932, dans le même temps, l’Allemagne nazie augmente ses activités de recherche en neuropsychologie et parapsychologie.

Un programme d’échange des idées scientifiques a eu lieu entre l’Angleterre et l’Allemagne, notamment dans le domaine de l’eugénisme : le mouvement consacré à « améliorer » l’espèce humaine par le contrôle des facteurs héréditaires dans l’accouplement. L’énigmatique union entre les deux pays se faisait en partie grâce à l’Ordre de la Golden Gawn, société secrète composée de hauts fonctionnaires du parti nazi et de l’aristocratie britannique. Le haut dirigeant nazi SS Heinrich Himmler, était en charge d’un projet scientifique appelé « Lebersborn », impliquant la reproduction sélective et l’adoption d’enfants, particulièrement un grand nombre de jumeaux. Le but du programme était de créer une super-race (Aryens) qui aurait une allégeance à la cause du Troisième Reich (New World Order).

Une grande partie de la première expérimentation concernant le génie génétique et de modification du comportement a été réalisée par le Dr Josef Mengele à Auschwitz, où il a froidement analysé les effets du trauma-collage, la coloration des yeux et le « jumelage » sur ses victimes. A côté de l’expérimentation chirurgicale effectuée au camp de concentration, certains enfants ont été soumis à des quantités massives d’électrochocs. Beaucoup d’entre eux n’ont pas survécu à la brutalité. Parallèlement, « le lavage de cerveau » a été mené sur les détenus à Dachau, qui ont été placés sous hypnose avec la drogue hallucinogène mescaline. Pendant la guerre, des recherches sont dirigée par le Dr George Estabrooks de Colgate University. Sa participation au sein de l’Armée de terre, CID, le FBI et d’autres organismes demeure dans le secret. Toutefois, Estabrooks a occasionnellement parlé de son travail impliquant la création d’hypno-courriers et programmes hypnotiques sur les personnalités.

Environ 5.000 autres nazis de haut rang ont été secrètement transférés vers les États-Unis et en Amérique du Sud, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale dans une opération d’exfiltration désignée sous le code de « Projet Trombone ». Les nazis ont poursuivi leurs travaux sur le contrôle de l’esprit et des fusées dans les bases militaires souterraines secrètes. La seule chose que nous savons à propos des fusées a été le travail avec d’anciens nazis comme Wernher von Braun.

Après la Deuxième Guerre mondiale, le département américain de la Défense a donc secrètement importé un grand nombre de cerveaux allemands nazi et des fascistes italiens, des scientifiques et des espions aux États-Unis via l’Amérique du Sud et le Vatican dans le cadre du Projet Trombone. L’un des plus éminents membres de ce projet était le général allemand Reinhard Gehlen le chef du renseignement contre la Russie dans l’Allemagne nazi. À son arrivée à Washington DC en 1945, Gehlen a rencontré longuement le Président Truman, le général William Bill Donovan, directeur de l’Office of Strategic Services (OSS) et Allen Dulles, qui allait plus tard devenir le fidèle directeur de la CIA.

L’objectif de leurs séances de remue-méninges a été de réorganiser le fonctionnement nominal des renseignements américains, la transformant en une très efficace organisation clandestine. L’aboutissement de leurs efforts a produit le Central Intelligence Group en 1946, le nom de la Central Intelligence Agency (CIA) en 1947. Reinhard Gehlen eut aussi une profonde influence en aidant à créer le Conseil de sécurité nationale, dont la loi sur la sécurité nationale de 1947. Ce projet de loi a été mis en œuvre pour protéger les activités du gouvernement, y compris le contrôle de l’esprit et des programmes clandestins.

La première phase de développement du projet MK ULTRA a augmenté le contrôle de l’esprit des anciennes techniques occultes qui exige de la victime d’être exposée à de massifs traumatismes psychologiques et physiques, en général dès l’enfance, afin de provoquer la psyché, de la briser en mille morceaux afin de modifier les personnalités qui peuvent ensuite être programmées séparément pour exécuter une fonction (ou un emploi) que le programmeur souhaite « installer ». Chaque création va modifier la personnalité distincte de la personnalité. Les personnalités peuvent être ramenées à la surface par des programmeurs ou des gestionnaires en utilisant des codes spéciaux, généralement stockées dans un ordinateur. La victime peut également être influencée par des sons, des mots, des actions, comme des éléments déclencheurs.

Les assassins, les tortionnaires, ont opéré discrètement à l’abri des regards, aux États-Unis, dans des installations militaires souterraines, maison de milliers d’enfants américains arrachés à la rue et mis dans des cages empilées dans le cadre de la « formation ». Ces enfants seraient utilisés pour affiner et perfectionner les technologies du Dr. Mengele. Certains de ces enfants deviendraient des esclaves qui pourraient être utilisés pour des milliers d’emplois différents, allant de quelques assassinats à l’esclavage sexuel. Une partie importante de ces enfants ont été intentionnellement abattus devant (et par) les autres enfants, afin de modeler les stagiaires sélectionnés dans le respect total et la soumission.

Il est difficile de savoir qui est l’inventeur de ce projet satanique, en raison de la quantité importante de désinformation.

Une personne connue sous le code couleur du nom de « Mister Green » serait à la base du projet. Un médecin juif nommé le Dr Gruenbaum, proche du Dr Josef Mengele. Le Dr Gruenbaum aurait donc collaboré avec les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale. Sa recherche sans précédent, au détriment de milliers de vies, a été sans aucun doute un bonus aux intérêts des États-Unis. Le Docteur Green fut envoyé pendant son enfance au camp d’extermination d’Auschwitz. Il tomba sous la tutelle de le Dr Mengele qui s’en servit comme petit domestique. Le zèle du jeune garçon amusait Mengele qui finit par le prendre comme assistant et ne le tua pas. Par miracle, le gamin s’en sortit vivant. Après la guerre, il fit des études de médecines puis devint psychiatre. Sa collaboration avec le Dr Mengele lui fournit une bonne base dans le cadre de ses expériences sur le traumatisme et le Mind control sur les enfants. On raconte qu’il n’aurait pas cessé ses relations avec Mengele après la guerre et que la CIA servit d’intermédiaire entre lui, le Dr Gruenbaum et le Dr Josef Mengele, réfugié en Amérique du sud.

 

Mengele n’est sûrement pas à la base de Monarch, il n’a sans doute jamais mis les pieds aux Etats-Unis qu’il méprisait. Par contre, il les soutenait dans le cadre de leur lutte contre le communisme. Il est plus que probable que le Dr Gruenbaum se soit servi de l’image de Josef Mengele, de la terreur qu’il inspirait pour terroriser ses « patients ». Il est presque certain que le Dr Green se soit fait passé pour Mengele ou le Dr Black dans le cadre de certaines opérations et expériences.

Le Dr. D. Ewen Cameron, également connu comme le Dr White, a été l’ancien chef de la marine canadienne, américaine et mondiale de la « Psychiatrie Associations ». En raison de la vaste expérience de Cameron et de ses pouvoirs, Allen Dulles de la CIA a canalisé des millions de dollars dans des organisations comme la Société pour l’étude de l’écologie humaine, dont Cameron était le président. Des expérimentations ont été menées à plusieurs endroits à Montréal, pour la plupart à l’Université McGill, St Mary’s Hospital et l’Institut Allan Memorial.

Outre les méthodes classiques de la tyrannie psychiatriques, tels que les injections de drogue, des électrochocs et des lobotomies, le Dr Cameron conçu la technique de la « conduite psychique », où les patients qui ne se doutaient de rien ont été maintenus dans un coma induit par médicaments pendant plusieurs semaines avec un régime d’électrochocs, alors que les casques électroniques étaient attachés à la tête et des messages répétitifs auditifs ont été transmis à des vitesses variables. Beaucoup de ceux qui ont été exploitées furent exécutés. Sans surprise, le Dr Cameron a été commodément exclu de la plupart des revues psychiatriques, quand le projet MK-ULTRA a été exposé publiquement en 1970, par le biais de poursuites déposées par des survivants et de leurs familles.

La CIA et le gouvernement canadien ont réglé l’affaire à l’amiable afin de ne pas être tenus de reconnaître officiellement tout acte répréhensible. Un ancien lieutenant-colonel l’Armée et de la DIA du Psychological Warfare Division, Michael Aquino, est la dernière d’une série d’allégations, parrainé par le gouvernement des sadiques. Aquino, un génie excentrique, a fondé Le Temple de Set, une filiale de l’église de Satan du sorcier Anton LaVey. Son obsession des rituels païens nazis et ses manipulations hypnotiques sur les personnes ont fait de lui un candidat idéal pour le poste de « Master Programmer ».

Aquino a été accusé de pédophilie. À la grande consternation des jeunes victimes, des parents, toutes les accusations ont été rejetées. Aquino développa la formation de bandes sur la façon de créer un MONARCH d’esclaves et a travaillé comme agent de liaison entre gouvernements, du renseignement militaire, de diverses organisations criminelles et de groupes occultes dans la distribution d’esclaves, ce projet avait le nom de code « Malcom ».

Heinrich Mueller est un autre programmeur qui a pour nom de code « Dr. Blue » ou encore « Gog ». Leo Wheeler était certainement le « Dr. Noir », le neveu du défunt général Ear G. Wheeler, qui était le commandant en chef de l’état-major pendant la guerre du Vietnam. D’autres allégations sur des manipulateurs du projet MONARCH, passés et présents, sont : Dr. Sydney Gottlieb, le lieutenant-colonel John Alexander, Richard Anderson Dabney (USN), le Dr James Monroe, Dr. John Lilly, le lieutenant-Comdr. Thomas Narut, le Dr William Jennings Bryan, le Dr Bernard L. Diamond, M. Martin T. Orne, le Dr Louis J. West, le Dr Robert J. Lifton, M. Harris et le colonel Isbel Wilson Green.

Afin de maintenir MK-ULTRA secret le CLA le segmente dans des sous-domaines spécialisés de recherche et de développement dans les universités, les prisons, les hôpitaux et laboratoires privés. Bien sûr, ils ont été généreusement récompensés avec des subventions gouvernementales et divers fonds. Des institutions sont donc impliquées dans l’expérimentation MONARCH : Cornell, Duke, Princeton, UCLA, Université de Rochester, MIT, Georgetown University Hospital, Maimonides Medical Center, St. Elizabeth’s Hospital (Washington DC), Bell Laboratories, Stanford Research Institute, l’amitié Laboratories Westinghouse, General Electric, ARCO et de l’humanité Research Unlimited.

Le « produit final » a été créé sur des bases et installations militaires, où un maximum de sécurité est nécessaire. Désigné sous le nom de (re)programmation des centres ou à proximité des centres de traumatologie de la mort, les plus fortement identifiés sont : China Lake Naval Weapons Center, le Presidio, Ft. Dietrick, Ft. Campbell, Ft. Lewis, Ft. Hood, Redstone Arsenal, Offutt AFB, Patrick AFB, McClellan AFB, MacGill AFB, Kirkland AFB, Nellis AFB, Homestead AFB, Grissom AFB, Maxwell AFB et Tinker AFB. D’autres endroits reconnus comme des sites de programmation sont Langley Research Center, Los Alamos National Laboratories, Tavistock Institute et dans les zones comme : Shasta, CA, Lampe, MO et de Las Vegas, NV.

« Les techniques de contrôle mental de la CIA »

Ce documentaire porte sur les différents projets secrets menés par la CIA concernant le contrôle mental. Ces études, totalement illégales, s’intensifièrent avec la découverte du LSD, substance qui sera administrée, entre autres, à des citoyens américains à leur insu.

Évocations du contrôle mental dans la presse officielle

Quelques éléments rapportés par Laurent Glauzy

Dans l’article Tous les souvenirs sont faux, le journal Le Monde du 17/07/08 s’appuyant sur des études menées par des psychologues émet l’existence de procédés rendant possible l’incrustation de faux souvenirs dans la mémoire. En clair, le sujet a le souvenir d’évènements qu’il n’a jamais vécus. Nous sommes bien dans le cadre du Contrôle mental.

Der Spiegel du 27/4/09 révèle l’existence en 2003 d’une prison secrète de la CIA à Stare Kiejkuti en Pologne, où des musulmans dont certains étaient accusés par erreur de terrorisme, étaient détenus et torturés. L’hebdomadaire allemand émettra l’hypothèse que de telles prisons de la CIA opérant dans la plus grande clandestinité et avec l’accord du pouvoir, pouvaient exister ailleurs en Europe, comme en Roumanie. C’est d’ailleurs dans ce dernier pays, à Oradea, que l’OTAN compte un centre de formation pour ses agents de renseignement.

En janvier 2009, un réseau de l’intraitable Ben Laden implanté en Arabie saoudite et au Yémen, se nomme Al-Qaida dans la péninsule arabique (AQAP). Dans l’article Le Yémen troisième front du terrorisme, Le Canardenchaîné du 3/11/10 expose que les services secrets estiment à deux mille le nombre des combattants ayant rejoint des groupes terroristes commandés par d’anciens prisonniers du camp de Guantánamo, et relâchés par Obama. Nous savons qu’à Guantánamo les détenus étaient torturés, victimes, encore, de sévices sexuels. Il est tout à fait certain que nous ne connaissons ces traitements que par la presse. Cependant, l’univers de Guantánamo et de Stare Kiejkuti s’harmonise bien avec celui que décrit Fritz Springmeier : un monde où le Contrôle mental sert à fabriquer des terroristes avec l’appui des plus hautes sphères de l’État.

Edward Bernays, neveu de Sigmund Freud, Propaganda (1928) affirme : « La manipulation consciente, intelligente, des opinions et des habitudes organisées des masses joue un rôle important dans une société démocratique. Ceux qui manipulent ce mécanisme social imperceptible forment un gouvernement invisible qui dirige véritablement le pays. »

Témoignages

L’incontournable site MK-POLIS recense de très nombreux témoignages (dont quelques-uns sont proposés ci-dessous) : Véronique Liaigre (TF1) – Témoignage de ‘SVALI’ – « Survivants des illuminati » – Fritz Springmeier – Jay Parker – Cathy O’Brien – Brice Taylor – Kristin Constance – Lynn Moss Sharman – Ruth Zandstra – Anne A. Johnson Davis – Jenny Hill – Dejoly Labrier – Billy Milligan – Roseanne Barr – Linda Wiegand – Paolo Ferraro – Dr Colin Ross – Ted Gunderson – Paul Bonacci – David Shurter – Régina Louf – Samir Aouchiche – Frère Gordon Thomas – Père Georges Morand – Père François Brune – Pierre-Antoine Cotnareanu – Gaby Breitenbach – Esclave pour notable et puissants – Les enfants du juge Roche – Vincent (affaire Maillaud) – Stan Maillaud – Karen Mulder – Glenn Hobbs – Otis Tool – Joan Baez – Corey Feldman – Vicki Polin – Fille de prêtre sataniste – Bill Schnoebelen – Bill Maloney – Ben Fellows – Hervé Villard.

CIA programmation mentale et irradiation sur des humains (1995)

Témoignages de Valerie Wolf, Claudia Mullen et Christine DeNicola qui affirment que les expériences avec des radiations étaient faites dans le cadre de la programmation mentale.

Audience CIA Mk-Ultra (intégral) – 1995

L’utilisation du contrôle mental, 15 septembre 1989

Rapport d’un groupe de travail sur l’abus rituel « Commission pour les femmes de Los Angeles »

Le rapport est commenté à quelques reprises par Kathleen Sullivan qui est une survivante.

Sommaire :
- Définition
- Les types d’abus
- Lexique
- Les troubles physiques
- Les troubles émotionnels
- Les troubles cognitifs
- Le rôle des états de transe
- Les conséquences émotionnelles
- Les croyances induites
- Les convictions religieuses induites

Introduction

« L’abus rituel est un grave problème dans notre communauté et notre nation, en constante augmentation. Ce problème n’est pas nouveau, mais la société ne fait que commencer à reconnaître la gravité et l’étendue de ce phénomène. Nous avons tous besoin d’apprendre sur ce sujet. Les parents ont besoin d’être éduqués sur les caractéristiques de ces abus se produisant dans les écoles maternelles et les foyers. Beaucoup de professionnels rencontrent des victimes de ces abus rituels mais ne reconnaissent pas les motivations pour de tels actes. Le concept de l’abus rituel, selon lequel des groupes d’adultes terroriseraient et tortureraient des enfants afin de les contrôler, est effrayant et donc controversé. Ce qui entraine pour nous tous un problème de déni et de peur vis-à-vis d’une telle information.

En dépit des preuves détaillées d’abus rituels venant de témoignages d’enfants, de familles, de victimes adultes et de professionnels travaillant avec eux, en dépit de la remarquable cohérence de ces rapports à la fois nationaux et internationaux, la société dans son ensemble résiste à croire en cette réalité des abus rituels. Il reste cette croyance erronée que le satanisme et autres activités occultes sont isolées et rares. La Commission pour les Femmes a reconnu la nécessité d’informer sur ce sujet. En février 1988, un Groupe de Travail sur l’abus rituel a été formé. Ce Groupe est composé de professionnels du domaine médical, de la santé mentale, de l’éducation, de la loi, de la religion, de services aidant des survivants adultes et parents d’enfants victimes. Tous sont bénévoles et donnent de leur temps et de leur énergie pour ce travail.

Ce rapport est le résultat de plusieurs mois de travail et je tiens à exprimer ma profonde gratitude à ces membres du ‘Groupe de Travail’ qui ont participé à sa rédaction. Mes remerciements à Catherine Gould Ph.D et Lyn Laboriel MD pour leur contribution exceptionnelle à ce projet. Mes remerciements vont aussi à David Sielaff pour sa contribution pour la mise en page de ce rapport. Je tiens également à remercier “ the Boards of Supervisors ” de Los Angeles pour leur soutient dans notre travail. »

MYRA B. Riddell, LCSW – Vice-présidente, Commission des Femmes, Présidente du Groupe de Travail sur l’abus rituel

Brice Taylor donne les noms de l’élite (Mind Control – 1998)

« L’Amérique en pleine Transe-Formation » par Cathy O’Brien et Mark Philips

Dans cette autobiographie écrite à quatre mains et parfaitement documentée, Cathy O’Brien raconte comment, d’abord incestée par son père (sa mère étant complice) et par ses oncles depuis son plus jeune âge, elle sera ensuite « vendue » par celui-ci au gouvernement américain. Elle et sa fille Kelly, qui viendra au monde en 1980, deviendront ainsi des esclaves du projet « Monarque », une branche de l’opération « MK-Ultra » de la CIA consacrée aux recherches sur le contrôle de l’esprit.

Conditionnée à tout oublier et programmée sur une base traumatique, Cathy O’Brien servira indifféremment d’esclave sexuelle à diverses grandes figures politiques de plusieurs pays — dont des sénateurs, gouverneurs et présidents des États-Unis — de courrier diplomatique très spécial, d’intermédiaire et de « mule » dans le trafic de la cocaïne et autres drogues organisé par la CIA.

Lors de sa traversée de l’enfer, elle sera le témoin muet et robotique de certains aspects de la mise en place du Nouvel Ordre Mondial et des délires de ses promoteurs — subissant diverses programmations « technologiques » réalisées dans des installations ultra-secrètes de la NASA et de l’armée américaine, qui lui feront croiser des personnages dignes des pires films d’horreur.

Arrachée in extremis, en février 1988, à ses « maîtres » par Mark Phillips, un familier de la CIA, elle parviendra grâce à lui à se déprogrammer, à retrouver la mémoire et à découvrir son libre arbitre. Ses « souvenirs », d’une précision photographique, balayent les illusions que nous pourrions encore avoir quant à la politique et au pouvoir.

Avertissement des auteurs: L’ouvrage, qui contient des descriptions susceptibles de choquer, s’adresse exclusivement à un lectorat adulte.

1ère partie par Mark Phillips
- Le contrôle de l’esprit
- Mon évolution personnelle
- À la reconquête de l’esprit de Cathy
- La vérité et sa conséquence

2ème partie par Cathy O’Brien
- Mes débuts au sein de l’humanité
- Le Rite du maintien au silence
- Mon premier Président
- Bricolage de cerveau
- Dressage au contrôle de l’esprit par la NASA
- L’École de charme
- La guerre contre la drogue de la CIA: éliminer la concurrence
- Le rêve américain de Reagan: une cauchemardesque boîte de Pandore
- Le « commandant » Dick Cheney
- Opération « Pigeon voyageur »
- Opération « Bonneteau »
- Les lignes de coke « Clinton »
- On arrête de tourner autour du pot
- Volte-face
- Pendant ce temps-là…
- E.T. Phone Rome
- Le Nouvel Ordre Mondial de la Rose
- Global Education 2000
- À la chasse nous irons
- Ce très cher Bush
- Hotel California
- « Libre-échange » de drogues et d’esclaves
- Le lézard d’Ahs
- Dans l’intérêt du temps et de l’espace
- Le Roi et l’Œil
- Un endroit où s’échapper

3ème partie – Victimes du système
- Chronologie des événements
- Se taire équivaut à mourir

Conférence « Mind-Control hors de contrôle »



 
 
Lisez la deuxième partie de cet article



yogaesoteric
8 novembre 2017