Edit this page
Modify this page
Edit this string
         
Vous êtes ici: Home >Santé >Alimentation saine >
Les gladiateurs étaient principalement végétariens et buvaient des boissons énergisantes à la cendre


Non, les gladiateurs n’engloutissaient pas des kilos de viande crue avant d’entrer dans l’arène. En tous cas, pas ceux vivant à Ephèse. Une étude, publiée sur PLOS One et signalée par Chronique de l’espace-temps, blog de l’Obs, donne quelques indications sur le régime alimentaire de ces combattants de l’Empire romain.

Des chercheurs en médecine légale des universités de Vienne et de Bern ont soigneusement analysé les os extraits d’un cimetière de gladiateurs, retrouvé sur le site de l’ancienne ville d’Ephèse, aujourd’hui en Turquie. Ces hommes vivaient au IIe ou au IIIe siècle : à l’époque, Ephèse était la capitale de la province romaine d’Asie et comptait environ 200.000 habitants. Les squelettes de 53 personnes, dont 22 gladiateurs, ont été étudiés, en analysant les rapports isotopiques de carbone, d’azote et de souffre dans les os – ce qui permet d’identifier des groupes d’aliments régulièrement mangés – ainsi que les proportions de strontium et de calcium.

Résulat, « les gladiateurs étaient principalement végétariens ». Il n’y avait presque pas de différences nutritionnelles avec la population « normale », c’est-à-dire qu’un repas classique était principalement composé de céréales, surtout du blé et de l’orge, sans viande : pas de régime spécial de sportif, donc. Seulement deux gladiateurs semblaient avoir avalé plus de protéines animales, peut-être parce qu’ils venaient de contrées éloignées. Comme le rapporte le site de l’université de médecine de Vienne, cela confirme les sources historiques racontant que les gladiateurs mangeaient surtout des céréales, et qu’ils étaient surnommés les « mangeurs d’orge ».

Par contre, il y a une grosse différence entre les gladiateurs et le reste de la population en ce qui concerne le ratio entre strontium et calcium dans les os. Ce qui veut dire que les gladiateurs avaient un apport beaucoup plus élevé en calcium… C’est sans doute une preuve que les « boissons aux cendres » citées dans des sources historiques, notamment chez Pline l’Ancien, existaient bel et bien.

Fabian Kanz, un des auteurs de l’étude, explique que la pratique a en quelque sorte perduré jusqu’à aujourd’hui : « Les cendres issues de plantes étaient de toute évidence consommées pour fortifier le corps après un effort physique et pour aider une meilleure cicatrisation osseuse. (…) Cela ressemble à ce que nous faisons aujourd’hui: nous prenons du magnésium et du calcium (sous forme de comprimés effervescents par exemple) après un effort physique. »



yogaesoteric
20 novembre 2017